Les mobiles de Renaud Rubiano

Vernissage de l'installation "Mobiles" le 17 novembre 2015 à 18 heures lors de la Cérémonie d'ouverture au Forum des Arts et de la Culture à Talence.

Mobiles © Renaud Rubiano Mobiles © Renaud Rubiano

Renaud Rubiano, artiste plasticien

Pourquoi  rencontrer des chercheurs, et plus particulièrement ceux du LABRI-SCRIME ?

Il existe une complémentarité naturelle entre mes domaines de recherche  et ceux des chercheurs du LABRI, qui nous a conduits  à entamer une collaboration, qui perdure depuis 2007.
Mon travail s’articule autour du thème de la lumière et du mouvement. Photographe de formation, je travaille sur l’image sous toutes ses formes.
La notion d’interaction entre les mobiles et la lumière m’a conduit à chercher des solutions technologiques permettant de concrétiser mes envies.
Or, l’écriture des interactions dans un temps logique et une dimension temporelle constitue l’un des thèmes de recherche du LABRI, qui m’a ainsi apporté une expertise en termes de logiciels.

Qu’avez-vous appris de cette expérience ?

Ma collaboration avec les chercheurs a fait naître une complémentarité, une approche scientifique, une formalisation de l’écriture artistique. Elle a apporté une nouvelle dimension au processus créatif. Un glossaire s’est ainsi créé de façon inédite pour mettre des mots sur mes idées d’artiste.

En quoi cette collaboration avec le SCRIME a-t-elle eu un impact sur votre œuvre ?

Outre la construction technologique de l’œuvre, c’est une méthode, une aide à l’organisation. L’apport du SCRIME m’a donné les moyens de réaliser une création  autour de la lumière sans capteur, sans filtre,  avec une dimension nouvelle, l’interaction.

Mise à jour le 14/04/2017