Olivier Crouzel ou le sans laboratoire fixe

Entre questions environnementales et climatiques, Olivier Crouzel a navigué entre différents laboratoires de recherche pour avoir le point de vue des scientifiques.

Sérendipité © Olivier Crouzel Sérendipité © Olivier Crouzel

Olivier Crouzel, artiste spécialisé dans la vidéo

Pourquoi rencontrer des chercheurs ? Que cherchiez-vous ?

Dans le prolongement de mon travail sur le Signal et avec les pécheurs du Panama, j’avais envie de recueillir le point de vue des scientifiques sur les questions environnementales et climatiques, et plus généralement sur l’avenir de la planète. Il me semble que les chercheurs, tout comme les artistes, ont une responsabilité face à ces grandes questions de société. Il me semble qu’ensemble nous pouvons mettre en avant d’autres points de vue. Je voulais également approfondir certaines questions et voir comment les chercheurs travaillent, cherchent et pensent le monde. Ce travail de collecte nourrira également mes prochaines créations.

Qu’avez-vous appris ? Avez-vous été étonné ?

J’ai découvert à quel point les champs de recherche scientifique étaient spécialisés et pointus. Il faut les mettre tous ensemble, comme des briques de Légo, pour comprendre le tout. J’ai découvert également des domaines de recherche que je ne n’imaginais pas, comme l’économie. Je n’avais jamais imaginé ce que pouvait être un chercheur en économie, par exemple. J’ai été étonné également de sentir à quel point les chercheurs ont envie de se décloisonner et d’aller notamment vert l’art.

Ces rencontres ont-elles seulement impacté le fond de vos installations ou également la forme ?

Pour l’instant, surtout le fond. Mais à plus long terme, la forme sera certainement également impactée parce que de  nouvelles questions ont émergé qui modifieront à leur tour le geste artistique à proprement parler.

Mise à jour le 19/10/2015

Infos pratiques

Evénement associé

Artiste associé